Le cacao : un allié pour réduire l’hypertension

Le cacao est considéré, presque, comme un péché. Peut-être à cause de cette conception erronée qui consiste à considérer comme péché tout ce qui produit du plaisir. Et il y a peu de choses aussi agréables que de déguster un morceau de chocolat. Mais le culte de la minceur, qui fait frémir presque tout le monde ces derniers temps, a relégué le cacao et ses dérivés au coin des aliments “interdits”.

Cependant, le concept de “super-aliment” a élevé cette friandise dans la catégorie de “pilule de santé” pour le simple fait qu’elle contient plus de 50 nutriments et composants bioactifs aux propriétés bénéfiques différentes et qui, en outre, ont un fondement scientifique.

La teneur élevée en flavonols, un type d’antioxydant, améliore la circulation et agit contre l’hypertension. Mais seulement si le cacao est pure à au moins 70%.

Le cacao est un aliment dont les bienfaits pour la santé étaient déjà connus à l’époque des Mayas et des Incas. Nous sommes en train de les redécouvrir et de comprendre scientifiquement les mécanismes par lesquels le cacao est un aliment bénéfique. Sa teneur élevée en polyphénols, de 10 à 50 milligrammes par gramme, lui confère un important effet antioxydant et anti-inflammatoire qui contribue à protéger notre corps contre les maladies chroniques, en particulier les maladies cardiovasculaires.

L’hypertension artérielle , un facteur de risque cardiovasculaire important

L’hypertension artérielle touche 14 millions d’Espagnols, soit 40 % de la population adulte de notre pays. Il ne s’agit pas seulement d’une maladie silencieuse, mais d’un facteur de risque cardiovasculaire important. Mais c’est aussi une pathologie évitable et contrôlable grâce à l’activité physique et à un régime alimentaire équilibré qui comprend des aliments qui contribuent à améliorer le niveau de pression sanguine, notamment le cacao.

En effet, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) reconnaît comme une allégation de santé le rôle du cacao dans l’élasticité des artères, qui aide à réguler les chiffres de la tension artérielle. Le secret de cette propriété du cacao résiderait, selon plusieurs études, dans sa teneur élevée en flavanols, un type de flavonoïdes qui, en plus de ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, aident à réduire la pression artérielle.

Les flavanols stimulent la production d’une molécule appelée “oxyde nitrique, qui dilate les artères, améliorant ainsi la circulation sanguine et agissant contre l’hypertension” et sont responsables du goût amer du cacao.

Plus elle est amère, plus elle est pure et donc plus elle contient de flavanols. Par conséquent, il est toujours préférable de consommer ce qui a au moins 70 % de pureté, car c’est ainsi que nous bénéficions de cet effet.

D’autres composants du cacao favoriseraient également la prévention de l’hypertension

D’autres composants du cacao, tels que la théobromine, favoriseraient également la prévention de l’hypertension. Sur les effets du cacao sur la pression artérielle, une des études, menée à l’hôpital clinique de Barcelone, a porté sur près de cinquante volontaires présentant un risque cardiovasculaire et ayant consommé régulièrement du cacao pendant trois mois. La moitié prenait 40 grammes de cacao par jour avec 500 millilitres de lait et l’autre moitié uniquement du cacao.

Les conclusions obtenues ont montré que la consommation quotidienne de cacao était associée à une réduction de la pression sanguine chez les personnes hypertendues et à une augmentation des niveaux de cholestérol HDL ou “bon” cholestérol dans le sang et à une réduction du cholestérol LDL ou “mauvais” cholestérol.

Dans le cadre du XIe Congrès international de la diète méditerranéenne qui s’est tenu en avril dernier, le Dr Peter Hollman, professeur du département de nutrition humaine de l’université de Wageningen (Pays-Bas), a expliqué que “des études épidémiologiques ont mis en évidence une association inverse entre le cacao et les maladies cardiovasculaires. Des essais cliniques ont établi que le cacao pouvait réduire la pression artérielle, améliorer la fonction vasculaire et réduire l’insulinorésistance”.

Une méta-analyse des essais cliniques sur les effets du cacao sur ces trois points a inclus un total de 42 essais contrôlés randomisés provenant des bases de données Medline, Embase et Cochrane sur le chocolat, le cacao ou les flavanols, avec un total de 1 297 participants. Selon cette méta-analyse, le chocolat et le cacao ont amélioré la résistance à l’insuline grâce à une réduction significative du taux d’insuline sérique. En outre, le dysfonctionnement endothélial – qui est l’une des premières manifestations de l’athérosclérose et des maladies cardiovasculaires – mesuré par le degré de dilatation artérielle à médiation de flux, qui permet d’estimer la fonction endothéliale, s’est amélioré après des ingestions aiguës ou chroniques de cacao.

Ils ont également observé une réduction des pressions artérielles diastoliques et moyennes et des changements significatifs des concentrations plasmatiques en HDL et LDL. Le chocolat et le cacao ont amélioré la dilatation vasculaire à médiation de flux, quelle que soit la dose consommée, bien que des doses supérieures à 50 milligrammes d’épicatéchine, un type particulier de polyphénol très abondant dans le cacao, aient eu des effets plus importants sur la tension artérielle systolique (la valeur maximale) et diastolique (la valeur minimale).

Si le cacao a pour effet d’améliorer l’humeur, c’est qu’il a un effet sur la santé. Si l’on ajoute à cela le fait qu’une consommation modérée n’a aucun effet sur la balance, il n’y a aucune raison de l’inclure dans la liste des aliments “interdits”. Plus précisément, la consommation quotidienne de 1,4 gramme d’extrait de cacao inclus dans les plats et les desserts peut améliorer l’état nutritionnel et métabolique, ainsi que les symptômes d’oxydation et de dépression chez les personnes souffrant d’obésité. Cela a été démontré par Idoia Ibero, docteur de la faculté de pharmacie et de nutrition de l’université de Navarre.

Amélioration générale

Cette recherche a été menée en collaboration avec l’entreprise Navarra Tutti Pasta, spécialisée dans les plats surgelés de 5ème gamme. L’étude a porté sur 47 volontaires âgés de 50 à 80 ans qui ont suivi un régime alimentaire modérément hypocalorique (à faible teneur en calories). Après quatre semaines, les analyses ont révélé que les participants avaient perdu du poids de manière significative, diminué leur taux de graisse corporelle, réduit leur tour de taille et abaissé leur pression sanguine, “tout en améliorant leurs taux de glucose et de cholestérol”, souligne M. Ibero.

Les résultats les plus pertinents attribués à la consommation de cacao et publiés dans des revues prestigieuses telles que “Metabolism and Cardiovascular Disease and Journal of Nutrition” reflètent une amélioration de l’état dépressif, attribuée à certains composés présents dans le cacao. En outre, l’étude a confirmé la possibilité d’inclure des plats préparés enrichis sur le plan nutritionnel dans un régime alimentaire sain afin de perdre du poids.

Faux mythes sur le cacao

  • Il fait grossir. Plusieurs études montrent que le cacao peut même prévenir l’obésité résultant de régimes alimentaires riches en graisses. Certains de ses composants, tels que les flavonoïdes, pourraient réguler le métabolisme des lipides dans le foie et le tissu adipeux. De plus, c’est un aliment particulièrement riche en fibres. Et il a également été observé que la consommation de cacao favorise la satiété, ce qui pourrait empêcher le grignotage entre les repas.
  • Il provoque des caries dentaires. Selon des études récentes, le cacao pourrait avoir des effets protecteurs contre la carie dentaire grâce à sa teneur en flavonoïdes. Ces composants peuvent inhiber la formation de la plaque dentaire et la prolifération de micro-organismes nuisibles à la santé bucco-dentaire.
  • Il créé une dépendance. Certains composants du cacao produisent un sentiment de bien-être. Plutôt que d’aliments qui créent une dépendance, nous devrions parler d’aliments qui produisent du plaisir en raison de leur odeur et de leur goût et de leur grande appétence.
  • Il est addictif. Le cacao contient de très faibles quantités de caféine. Les experts en nutrition ont examiné les preuves disponibles et leur conclusion est qu’aucune corrélation ne peut être établie entre les composants de cet aliment et l’excitation nerveuse. Une tasse de cacao soluble fournit 0,01 milligramme de caféine, tandis qu’une tasse de café fournit entre 40 et 50 milligrammes de cette substance.
  • Il est responsable de l’acné. Il n’y a pas de preuves scientifiques. L’acné est causée par des déséquilibres hormonaux, fréquents à l’adolescence, et/ou des facteurs génétiques.